Avril 2015 – NIAVO

par | 20 Avr 2015 | Les enfants soignés

Deux petits garçons sont arrivés, le 20 avril, à l’aéroport de Marseille-Marignane, accompagnés par deux dames de l’association « Aviation sans frontière », en provenance de Madagascar.
L’un de ces petits garçons est Niavo atteint d’une tétralogie de Fallot.

Casquette rouge vissée sur la tête (pas question de la lui retirer), un chewing gum dans la bouche mâché rapidement et sans plaisir, des yeux fatigués et interrogatifs, tout dans l’attitude de ce petit garçon marque une inquiétude bien visible et normale.

Après quelques jours d’adaptation à sa nouvelle vie (non, on ne donne pas de coups de pied à Bout-de-Soleil, le chat, non, on n’essaie pas de démonter le lave-vaisselle, non, on n’écrase pas du pied ceci ou cela, oui, on se lave les mains avant de se mettre à table, etc) et la rencontre inopinée de deux religieuses malgaches qui ont parlé à Niavo dans sa langue, ce petit garçon s’est révélé très sociable, heureux de vivre, heureux de se coucher, heureux de se lever, heureux de se mettre à table …

L’inquiétude de l’arrivée avait complètement disparue. Niavo savait parfaitement pourquoi il était là, à Marseille, et a attendu patiemment le jour de l’opération pourtant très long à arriver.

Passionné par la mécanique, les outils et les voitures, il fallait que nous fassions le tour de toutes ces dernières pour voir combien de pots d’échappement elles avaient. Imaginez le nombre d’étoiles dans les yeux de Niavo quand il y avait quatre pots d’échappement !

Niavo a eu 5 ans à l’hôpital. En ce mois de juillet 2015, il a fait une très forte chaleur à Marseille. Niavo s’est mis, après son opération, qui s’est parfaitement bien déroulée, à faire du tricycle et de la trottinette avec une ardeur et une vitalité prodigieuse sous un soleil de plomb … Plus de squatting ! Il transpirait à grosses gouttes, ses cheveux étaient trempés mais il était heureux, heureux, vous ne pouvez imaginer à quel point ! Enfin, il pouvait bouger normalement, courir, faire le fou sans fatigue.

Je suis toute émue de revoir ces scènes de vie, normales pour tout enfant, mais nouvelles pour Niavo.

Nous avons aussi fait corriger ses jambes par des semelles orthopédiques parce que Niavo a les pieds plats et malheureusement déjà ossifiés. On ne pouvait donc pas faire autre chose que de lui faire mettre des semelles, ce qui est dommage. Il faudra qu’il en porte toute sa vie.

A son arrivée en France, Niavo ne parlait que le malgache, puis il n’a plus parlé et enfin s’est mis à parler français. La différence de langue n’est pas un obstacle à la compréhension entre l’enfant et la famille d’accueil. C’est extraordinaire ! Cela s’appelle l’amour …

Petit garçon rieur et câlin, il restera à jamais dans mon cœur. J’embrasse avec tendresse ses deux petites joues bien rebondies…

Dominique Farnault
La Ribambelle
Maman d’accueil

Pin It on Pinterest